Afficher tous nos articles

Vache laitière - Success Story

Un fourrage plus énergétique, grâce au bon «pack»

A l’est du canton d’Argovie, le soleil brille sur la petite bourgade de Mulhau. A l’horizon, les magnifiques pics enneigés des Alpes de Suisse centrale se dressent dans le ciel bleu. Difficile pour certains de penser à travailler face à un panorama aussi époustouflant. Ce n’est pas le cas de Rolf Schärer qui gère ici son exploitation laitière avec succès depuis 1997, date à laquelle il a succédé à son père. 

L’exploitation compte 120 animaux, vaches laitières et veaux confondus. Rolf Schärer élève lui-même tous ses animaux. «J’ai besoin de voir les jeunes animaux en élevage pour pouvoir intervenir si c’est nécessaire», nous explique ce maître agriculteur de 49 ans. «Il est important pour nous de conserver les animaux au plus près de la nature et qu’ils se portent bien.»

L’exploitation Schärer utilise un robot de traite depuis deux ans et demi. La moyenne de traite s’élève à 2.8 par jour. L’exploitant a constaté depuis une hausse de performances simultanée dans les teneurs de graisses (4% pour un objectif de 4.3%) et de protéines ( 3.2.% pour un objectif de 3.3%). Des résultats positifs qu’il concède également à l’alimentation qu’il distribue à ses animaux.

Répondre avec précision aux besoins des vaches de haute production

L’alimentation des animaux joue un rôle prépondérant dans l’exploitation Schärer, dont les objectifs de production laitière sont élevés, à savoir un rendement de 30 litres journaliers en phase de lactation moyenne. Durant la traite, le robot distribue l’aliment concentré aux 63 vaches laitières qui reçoivent ainsi avec précision les nutriments dont elles sont besoin pour performer à ce niveau. 

L’exploitation Schärer utilise des produits de lassortiment Dairyway qui a été distingué au concours d’innovation Suisse Tier 2017. En début de lactation, l’aliment énergétique 8429 (16% de protéines brutes) est principalement utilisé. Il est ensuite progressivement remplacé en seconde phase de lactation par le concentré protéique 8473 (40% protéines brutes, 6.9 NEL). Cette stratégie alimentaire tient compte des objectifs de production ainsi que des fourrages à disposition sur l’exploitation composés principalement de 50% d’ensilage de maïs, 35% d’ensilage d’herbe et 5% de pulpe de betterave à sucre. 

Sélection d’un «pack» pour améliorer les performances

Pour répondre aux objectifs de l’exploitation qui vise de hautes performances de production laitière, l’alimentation a été calibrée de manière encore plus efficace par l’utilisation d’un «pack» directement intégré dans l’aliment énergétique. Ce pack appelé «Digestion (DP)» favorise l’activité ruminale avec des levures vivantes et certaines huiles essentielles. Il permet de mettre en valeur le plein potentiel de la ration énergétique de base. Autre avantage: le pack pouvant être retiré ou réinséré pour une durée déterminée, son coût est parfaitement maîtrisé. Le pack Digestion n’est pas distribué avec le concentré protéique.  

L’étable bâtie en 1997 offre beaucoup d’espace et un bon environnement aux animaux
Rolf Schärer travaille depuis plus de deux ans avec son conseiller Provimi Kliba Mario Beutler

Une phase décisive pour toute la lactation

Le choix de ce pack vise essentiellement à tirer le maximum d’énergie du fourrage de base dans la première phase de lactation qui est la phase clé pour une lactation réussie. C’est durant cette période que les animaux sont le plus touchés par un manque d’énergie. Les levures vivantes et les huiles essentielles inclues dans le pack servent à mieux dégrader et assimiler les fibres brutes du fourrage afin que les animaux puissent en tirer un maximum d’énergie. En procédant ainsi, on constate également que les autres paramètres de performance comme la santé et la fertilité offrent des résultats positifs, gages d’une lactation réussie dans son ensemble. 

En cours de lactation, entre 100 et 120 jours, l’apport énergétique n’a plus autant d’importance qu’au début. Dans le cas de l’exploitation Schärer, c’est particulièrement vrai: la proportion de maïs et betterave à sucre permet de couvrir à elle-seule les besoins énergétiques d’une grande partie du troupeau. L’utilisation du pack n’étant plus nécessaire, il est retiré. 

Feedback de l’exploitant

Après avoir utilisé cette nouvelle stratégie alimentaire pendant un peu plus d’une année, Rolf Schärer fait état d’un bilan positif: «Cette stratégie a très bien fait ses preuves». Il parle en ces termes non seulement des performances de son troupeau, mais également des résultats économiques de l’exploitation. Dans le bureau situé près de l’étable, l’ordinateur indique les chiffres actuels de l’exploitation, comme la consommation d’aliments et la période de rumination des animaux. Egalement titulaire d’une formation commerciale, Rolf Schärer tient à l’œil tous ses chiffres de très près. Ce n’est pas pour rien non plus qu’il est le président de Gesistar, une petite société d’agriculteurs de la région qui achètent en groupe des équipements agricoles à des conditions avantageuses. Au final, Rolf Schärer est convaincu d’avoir placé son exploitation sur les bons rails. En clin d’œil à sa deuxième passion, la planche à voile, on peut même dire qu’il surfe sur le succès! 

Pour en savoir plus sur l’assortiment Dairyway™ et ses nouveaux «packs» en option pour booster les performances de votre troupeau, n’hésitez pas à prendre contact avec l’un de nos spécialistes


Autres articles:

> Présentation de notre nouvel assortiment Iso-vitmin

> Un jeune agriculteur avec beaucoup de détermination

> Nouvelles variantes minéralisées de notre concentré protéique

 



Mots-clefs: Provimi Kliba, Vache laitière, Dairyway, Produit

Afficher tous nos articles

Ajouter un commentaire

CAPTCHA Image Reload Image

Rechercher
Articles les plus lus
Catégories
Tags